Dernière Rénovation : des militants prêts à aller jusqu’au bout pour imposer la rénovation énergétique des bâtiments

juillet 24, 2022
alizee roland garros derniere renovation derniere renovation Dernière Rénovation : des militants prêts à aller jusqu'au bout pour imposer la rénovation énergétique des bâtiments

Publié le 24 juillet 2022

L’image a fait le tour du monde. Celle d’une jeune femme accrochée au filet d’un cour de Roland-Garros lors de la demi-finale de tennis. Sur son t-shirt, il est indiqué en anglais ‘il nous reste 1028 jours », comprendre pour agir sur la crise climatique. La semaine dernière, c’est le Tour de France qui a été perturbé quelques instants, après le périphérique parisien ou encore l’autoroute A13. Des actions coup de poing menées par les militants de Dernière Rénovation, une campagne lancée en début d’année qui vise à rendre obligatoire la rénovation énergétique des bâtiments d’ici 2040.

Une jeune femme accrochée au filet du court de tennis de la demi-finale de Roland Garros, des manifestants assis au milieu de la route sur le parcours du Tour de France, des mains engluées sur les pavés devant l’Assemblée nationale ou sur le bitume du périphérique parisien. Derrière ces actions coup de poing, il y a les militants de Dernière Rénovation, une campagne lancée en France en début d’année qui vise à rendre obligatoire la rénovation globale et performante du parc immobilier d’ici à 2040. Sur les 750 000 rénovations recensées en 2021, moins de 60 000 seulement l’ont été de manière globale.

« On a choisi cette revendication-ci car c’est le sujet qui fait aujourd’hui le plus consensus. Tout le monde est d’accord pour accélérer sur la rénovation énergétique et voit les bénéfices directs que ça engendrerait sur le plan climatique mais aussi social. C’est aussi un moyen de ne pas être dans l’écologie punitive. Et si on n’arrive pas à avancer là-dessus, ça voudra dire qu’on n’y arrivera pas sur tout le reste », explique Franck. Cet ancien militant de XR Rebellion, dont les revendications sont plus larges, a rejoint Dernière Rénovation justement pour défendre un objectif précis.

« Impossibilité de me projeter dans l’avenir »

Cette campagne s’inscrit dans un mouvement international de résistance civile, baptisée l’A22, qui regroupe dix pays à travers le monde dont l’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni ou encore les États-Unis. Leur devise : « Nous ferons tout ce qui est pacifiquement nécessaire. Pour protéger notre génération et toutes les générations futures. Tel est notre droit inaliénable, et notre devoir le plus sacré. » Quitte à se retrouver en garde à vue, voire à faire de la prison. C’est ce à quoi est prêt Bertrand, un primo-activiste de 28 ans, agent dans la fonction publique, et déjà deux gardes à vue au compteur, 40 heures en détention au total.

« Je n’avais jamais milité auparavant. Le déclic est venu de la difficulté, et même de l’impossibilité à me projeter alors que je suis inséré, je travaille, je veux fonder une famille. Le fait de m’engager dans Dernière Rénovation me donne de l’espoir car notre ambition est d’aller jusqu’au bout et de créer un mouvement exponentiel afin de créer une bascule à l’échelle de la société« , explique le jeune homme qui a participé à sa première action en avril dernier, en bloquant le périphérique parisien. 

Des actions plus importantes et plus paralysantes à la rentrée

Dernière Rénovation va s’accorder une pause estivale mais promet de nouvelles actions plus importantes et plus paralysantes à la rentrée, jusqu’à obtenir gain de cause et avoir un engagement ferme du gouvernement sur des mesures concrètes et justes socialement. De quoi attiser les tensions avec les citoyens qui se retrouvent victimes de ces blocages, et avoir peut-être un effet contre-productif ? Une critique que Bertrand balaye de la main.

« Bien sûr que nos actions dérangent et perturbent mais elles interpellent aussi les gens sur leur responsabilité, et sur ce qu’ils font eux pour changer la donne. Les dirigeants politiques et économiques ont évidemment une part de responsabilité mais le problème est tellement systémique que nous en sommes tous complices et que nous devons tous agir à notre niveau« , réagit Bertrand. « Pour l’instant, on n’a pas trouvé d’autres moyens d’agir et tout ce que les associations ont fait jusqu’ici ne s’est pas avéré très efficace », complète Franck.

Ce mode d’action semble en tout cas attirer les recrues. Alors qu’ils n’étaient qu’une vingtaine de membres au départ, les adhésions ne font qu’augmenter au fil des actions. Ce sont aujourd’hui 200 personnes qui sont mobilisées dans Dernière Rénovation.

Concepcion Alvarez @conce1

Source


Laisser un commentaire