Oxfam s’invite aux assemblées générales des laboratoires pharmaceutiques pour exiger l’accès universel aux vaccins anticovid.

mai 16, 2022
Oxfam Amrerica vaccins @Coco McCabe Oxfam s’invite aux assemblées générales des laboratoires pharmaceutiques pour exiger l’accès universel aux vaccins anticovid.

Oxfam a déposé des résolutions dans le cadre des assemblées générales des actionnaires de Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson pour demander aux laboratoires pharmaceutiques d’enfin partager avec le monde les technologies développées pour les vaccins anticovid. Cette initiative a été notamment soutenue par le Dr Tedros, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ces résolutions ont pour objectif de faire monter la pression sur les laboratoires, principaux responsables des inégalités d’accès aux vaccins dans le monde.

Un an et demi d’inaction pour mettre fin à l’Apartheid vaccinal

Des inégalités vaccinales qui persistent

Près d’un an et demi après la première injection de vaccin anticovid en Grande Bretagne, le monde reste facturé par de profondes inégalités d’accès aux vaccins. Alors qu’en France, près de 80% de la population bénéficie d’un schéma vaccinal complet, 85% des populations des pays pauvres n’ont pas eu accès à la moindre dose de vaccin. Si avoir mis au point un vaccin aussi vite contre une maladie inédite relève de la prouesse scientifique, tout le monde n’en a pas bénéficié au même titre. Les pays riches ont eu un accès privilégié aux vaccins, et ont réservé au moins trois fois la quantité de vaccins nécessaire à leurs populations. Finalement, ce sont les pays les plus offrants qui ont eu la part belle dans les carnets de commandes des laboratoires pharmaceutiques.

 Une privatisation rentable des vaccins anticovid

Actuellement les vaccins sont privatisés du fait des brevets détenus par une poigné de laboratoires pharmaceutiques, notamment Pfizer-BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson. Malgré une forte mobilisation citoyenne, les laboratoires ont toujours le champ libre pour fixer librement les règles du jeu, à savoir gonfler les prix des vaccins, réserver les doses aux pays les plus riches et refuser de partager les technologies développées pour permettre à d’autres producteurs de contribuer à l’effort de production et ainsi répondre à la demande mondiale.

Les monopoles sur les vaccins détenus par les laboratoires sont donc très rentables et leur assurent des profits faramineux. Dès le mois de mai, nous avions montré que les vaccins anticovid avait fait émerger 9 nouveaux milliardaires dont la richesse cumulée était supérieure au coût de la vaccination de tous les pays les plus pauvres du monde. Pfizer, BioNTech et Moderna réalisent 1 000 dollars de bénéfices par seconde grâce aux vaccins anticovid.

Oxfam s’invite aux assemblées générales de Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson pour exiger le partage des technologies des vaccins anticovid

Oxfam dépose des résolutions aux assemblées générales des actionnaires des laboratoires pharmaceutiques

 Après plusieurs mois à faire pression sur les Etats pour qu’ils soutiennent la levée des brevets au sein de l’Organisation mondiale du commerce, Oxfam a décidé de mener également ce combat au sein des assemblées générales annuelles des laboratoires pharmaceutiques. En devenant actionnaires nous avons pu déposer une résolution appelant Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson à s’engager à enfin partager les technologies développées pour produire des vaccins anicovid.

Cette résolution déposée par Oxfam a été soutenue par le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros, qui l’a présenté à l’assemblée générale de Moderna.

« Je félicite les scientifiques, publics et privés, qui ont créé les vaccins COVID-19. Malheureusement, ce triomphe scientifique a été entaché par l’incapacité de l’humanité de partager. Alors que 11,4 milliards de vaccins ont été distribués dans le monde, un tiers de la population mondiale n’a pas reçu la moindre dose. Cette inégalité mondiale en matière de vaccins entraînera de nombreux autres décès évitables et alourdira le cout économique à l’échelle mondiale, que le FMI estime à 13 800 milliards de dollars »
Dr Tedros.
[embedded content]

Les résolutions déposées par Oxfam au sein de Pfizer et Moderna ont recueilli près de 30% des voix des actionnaires indépendants, 34% au sein de Johnson & Johnson.

« Nous pensons que cette forte proportion de votes démontre qu’un nombre important d’actionnaires de Moderna et de Pfizer reconnaissent que le seul moyen durable de mettre fin à la pandémie est d’augmenter rapidement la production mondiale de vaccins ». 
Robert Silverman d’Oxfam Etats-Unis

Transférer les technologies pour augmenter la production locale des vaccins

Actuellement, les laboratoires peuvent librement privatiser la recette des vaccins et limiter artificiellement la production mondiale, malgré un monde fracturé par un Apartheid vaccinal. Or une étude récente de Médecins sans frontières a dévoilé qu’il existait des centaines de sites capables de produire des vaccins à ARN messager en Asie, Afrique et Amérique Latine si les détenteurs des brevets acceptaient de coopérer et de transférer les technologies.

Pour mettre fin à la pandémie de Covid 19, sauver des vies et éviter l’apparition de nouveaux variant potentiellement plus mortels, il faut d’urgence vacciner toute la planète. Depuis mai 2020, l’OMS a mis en place un groupement d’accès aux technologies contre la COVID 19 (C-TAP) qui avait justement pour rôle de mutualiser les technologies et permettre de former le plus de producteurs possibles à la production de vaccins anticovid. Or aucun laboratoire pharmaceutique ayant développés un vaccin anticovid n’a jamais souhaité coopérer.

De même, pour remédier aux profondes inégalités d’accès aux vaccins sur le continent africain – où 85% de la population n’a toujours pas eu accès aux vaccins – l’OMS avec le soutien notamment de la France a mis en place un centre de transfert de technologie en Afrique du Sud, appelé « hub ». Ce hub a pour mission d’accroitre la production locale de vaccin à ARN messager et répondre aux besoins des pays africains. Une nouvelle fois aucun laboratoire pharmaceutique n’a souhaité coopérer à cette initiative de l’OMS. Ce refus de coopérer a ralenti de plusieurs mois les travaux du hub sud-africain. Dans le cadre du sommet entre l’Union Africaine et l’Union Européenne, plusieurs initiatives similaires ont été lancées sur le continent africain pour lancer des nouvelles antennes du hub. Néanmoins, ces initiatives sont menacées par la possibilité pour les laboratoires de faire prévaloir leurs droits de propriété intellectuelle. C’est pourquoi Oxfam se bat également pour l’adoption à l’organisation mondiale du commerce (OMC) de la levée temporaire des brevets sur les vaccins anticovid.

Le manque de coopération des laboratoires freine la lutte contre la pandémie de Covid 19, continue de couter des vies et prolonge la crise économique et sociale dans les pays en développement. Plus que jamais continuons à dénoncer l’indécence des laboratoires pharmaceutiques et d’exiger l’accès universel aux vaccins.

Oxfam et ses militant·e·s font pression sur les laboratoires pharmaceutiques

En parallèle des assemblées générales, Oxfam et ses partenaires de la « People vaccine alliance » se sont mobilisées pour faire pression sur les laboratoires pharmaceutiques. Les militant·e·s ont organisé des manifestations devant les sièges sociaux des laboratoires et partout dans le monde pour dénoncer la privatisation des vaccins et exiger le partage des connaissances et technologies développées pour les vaccins anticovid.

Source


Laisser un commentaire