Afrique australe : des indicateurs d’inégalités et de pauvreté plus qu’alarmants

mai 10, 2022

La pauvreté et les inégalités extrêmes s’aggravent en Afrique australe alors que les pays frappés par le COVID-19 s’engagent sur la voie d’une austérité dangereuse. Des plans sont en cours pour réduire les dépenses publiques de 30,2 milliards de dollars en 2022-26.

La pandémie de COVID-19 a aggravé l’extrême inégalité dans les pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et poussé des millions de personnes dans la pauvreté, révèle une nouvelle analyse d’Oxfam, de Norwegian Church Aid (NCA) et de Development Finance International (DFI).

Le rapport Commitment to Reducing Inequality Index (CRI) montre que les quinze États membres de la SADC ont perdu environ 80 milliards de dollars en 2020 en raison d’une croissance plus faible que prévu, ce qui équivaut à environ 220 dollars pour chaque citoyen de la SADC.

Cette analyse ajoute que cette crise économique pourrait mettre plus d’une décennie à s’inverser, effaçant tout espoir pour les pays d’atteindre les objectifs de leur plan de développement national visant à réduire la pauvreté et les inégalités d’ici 2030.

Les organisations affirment que si les pays agissent maintenant de manière décisive contre les inégalités, avec des politiques visant à aider les citoyens en leur offrant des services et un soutien publics, l’impact de la crise pourrait être inversé en seulement trois ans. Cependant, le rapport constate que les pays de la SADC ont réagi par des mesures de rigueur qui risquent de faire plus de mal que de bien aux populations.

« Les plus pauvres de nos sociétés supportent le poids de la Covid-19 et doivent maintenant faire face au coût supplémentaire des politiques d’austérité. Les gouvernements ont le choix et doivent agir maintenant pour inverser les dégâts de la pandémie, augmenter les dépenses sociales et s’attaquer à la crise des inégalités », déclare Felix Ngosa, chargé de programme principal à Norwegian Church Aid.

Pas moins de 35,5 millions de personnes dans les pays de la SADC ont perdu leur emploi en 2020 à cause de la pandémie, soit une baisse de 26 % par rapport aux chiffres de l’emploi de 2019. La République démocratique du Congo, Madagascar et la Tanzanie ont été les plus durement touchés, avec plus de cinq millions d’emplois perdus dans chaque pays.

Si la majorité des citoyens de la SADC ont souffert de la pandémie et de ses effets, l’histoire est différente pour les personnes les plus riches de la région. Les six hommes les plus riches de la SADC – quatre en Afrique du Sud, un en Tanzanie et un au Zimbabwe – ont vu leur richesse passer de 18,1 à 27,7 milliards de dollars pendant les deux années de la pandémie, soit une augmentation de 42 % en termes réels. Cette augmentation est plus que suffisante pour financer un programme complet de vaccination contre le COVID (plus un rappel) pour tous les habitants de la SADC. Selon le rapport, les 10 % les plus riches gagnent environ ou plus de 60 % du revenu national dans huit pays de la SADC, et 50 % dans les sept autres.

Cette concentration des richesses par un petit groupe de personnes en a laissé une majorité d’autres lutter pour satisfaire leurs besoins les plus fondamentaux, tels qu’une éducation de qualité, des soins de santé et des emplois décents.

« Les conclusions de cette analyse sont choquantes, mais elles confirment la réalité de nombreux pays de cette région riche en ressources naturelles mais pauvre et inégale », déclare Dailes Judge, directeur du programme Oxfam en Afrique australe. « Les inégalités dans la plupart des pays de la région sont les principaux moteurs de la réduction de la croissance économique et de l’affaiblissement des services essentiels tels que les soins de santé et l’éducation de qualité ».

« Malheureusement, la majorité des personnes qui ressentent les effets de ces inégalités sont les pauvres, c’est-à-dire ceux qui vivent dans des conditions vulnérables et ne possèdent que peu ou pas de biens. Les ménages dirigés par des femmes représentent une proportion affreusement élevée de ceux qui luttent et souffrent. »

En 2021, alors que les infections à COVID-19 sont en hausse, les programmes critiques de santé, de protection sociale et d’économie mis en place par la plupart des gouvernements en 2020 ont été laminés et remplacés par des politiques d’austérité, dans un contexte d’alourdissement du fardeau de la dette et de manque de soutien extérieur pour les budgets des pays.

Les gouvernements se sont sentis poussés par l’augmentation du service de leur dette à réduire les dépenses sociales. Même avant la pandémie, le service de la dette atteignait des niveaux astronomiques, les gouvernements de la SADC dépensant presque trois fois plus pour le service de la dette intérieure et extérieure que pour la santé. En 2020-21, le service de la dette a absorbé 42,2 % des recettes publiques en moyenne.

Le rapport indique que de nombreux gouvernements membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) font encore preuve d’un engagement considérable dans la lutte contre les inégalités – mais encore loin d’être suffisant pour compenser l’énorme inégalité produite par le marché et exacerbée par la pandémie de COVID-19.

« La combinaison des coupes budgétaires, de l’augmentation de la dette et de la lenteur de la reprise due à l’inégalité des vaccins au niveau mondial risque de porter la crise de l’inégalité de la SADC à de nouveaux sommets », déclare Mathew Martin, directeur de Development Finance International.

« La sortie de la pandémie offre toutefois aux gouvernements de la SADC une occasion unique de faire ce que veulent leurs citoyens : augmenter les impôts sur les riches et les grandes entreprises, accroître les dépenses publiques, notamment en matière de soins de santé, d’éducation et de protection sociale, et renforcer les droits des travailleurs afin de lutter contre le chômage et le travail précaire. Avec un soutien extérieur, par exemple sous la forme d’un allègement de la dette et d’une aide, les gouvernements de la SADC pourraient réduire radicalement les inégalités et éliminer l’extrême pauvreté d’ici à 2030. »

Notes aux rédactions :

  • L’Afrique australe est la région la plus inégalitaire du monde et contient les trois pays les plus inégalitaires du globe (Afrique du Sud, Namibie et Zambie), et trois autres des dix pays les plus inégalitaires (Eswatini, Mozambique et Botswana). Tous les États membres de la SADC, à l’exception de la Tanzanie et de Maurice, figurent parmi les 50 pays les plus inégalitaires.
  • La région compte une faible proportion de travailleurs disposant de contrats et de droits formels (et donc d’un accès aux indemnités de maladie, à la protection de l’emploi, etc.), moins de 40 % d’entre eux disposant de tels droits au Malawi, au Zimbabwe, en Angola, en RDC, en Zambie, en Tanzanie, au Mozambique et à Madagascar.
  • Dans de nombreux pays, l’accès aux services de santé essentiels était limité : il touchait moins de 50 % de la population dans sept pays et obligeait 5,4 % de la population à dépenser des proportions catastrophiques (c’est-à-dire plus de 10 %) de leurs revenus en soins de santé dans toute la région. Ces mauvais indicateurs reflètent la faiblesse des engagements en matière de dépenses de santé, celles-ci représentant moins de 10 % des budgets publics en Zambie, au Mozambique, au Malawi, à Madagascar et en Tanzanie.

Contact Presse : Inès Slama

islama@oxfamfrance.org ou 07 67 05 92 46

Source


Laisser un commentaire