Les ravages des inondations en Guadeloupe, nouvelle calamité pour cet archipel des Antilles à la dérive

mai 2, 2022
guadeloupe inondations CEDRICK ISHAM CALVADOS AFP Les ravages des inondations en Guadeloupe, nouvelle calamité pour cet archipel des Antilles à la dérive

Publié le 02 mai 2022

Frappée par des pluies torrentielles qui ont fait trois morts et détruit une grande partie du parc automobile de Point-à-Pitre, inondé en quelques heures, la Guadeloupe paye un lourd tribut à un phénomène climatique intense et « jamais vu » sur l’île habituée aux cyclones. Cette catastrophe illustre la situation désespérante de l’archipel, qui cumule les risques environnementaux, sociaux et sanitaires et a voté à près de 70 % pour Marine Le Pen au second tour des Présidentielles.

Plus de 300 mm d’eau en 24 heures se sont abattus en Guadeloupe sur des sols déjà gorgés d’eau. Cet orage très violent qui n’a duré que quelques heures a fait deux morts et un disparu et a submergé le réseau routier provoquant des dégâts sans doute encore plus importants que certains cyclones.

Ces inondations violentes sont une nouvelle catastrophe pour une région de France parmi les plus pauvres qui a de grandes difficultés d’accès au service public et connaît des pollutions environnementales persistantes comme celle du chlordécone qui a pollué le sol des Antilles pour des centaines d’années. En janvier 2020, le CESE a publié un rapport alertant sur « La persistance d’écarts importants dans l’accès aux services publics entre les territoires d’outre-mer qui crée de fortes tensions et des frustrations ». La Guadeloupe est le territoire français où le niveau de vie est particulièrement bas. Elle ne devance que la Guyane et Mayotte, deux territoires d’outre-mer où la situation est pire. Seule une personne sur deux en âge de travailler a un emploi contre six sur dix en métropole et 35 % des 15/29 ans sont au chômage !

La crise environnementale aggrave la crise sociale 

La crise sociale ressurgit à chaque vague d’émeutes, les dernières datent de novembre 2021. Les tensions autour du Covid-19 et des réticences de la population à se faire vacciner auraient pu remettre au premier plan la situation de la Guadeloupe qui manque de lits à l’hôpital et où le réseau d’eau potable est dans un état désastreux. La lecture de l’article de Raphaelle Bacqué dans Le Monde du 11 décembre 2021 sur « le crépuscule de Pointe-à-Pitre » donne une idée de l’ampleur du désastre. 

Les inondations du 29 avril sont un nouveau rappel des besoins criants d’infrastructures de la Guadeloupe pour s’adapter aux nouvelles conditions climatiques. Dans son cas, comme pour les autres territoires d’outre-mer, cette crise environnementale ne peut qu’aggraver une crise sociale profonde dont le vote Marine Le Pen est un symptôme parmi beaucoup d’autres. Longtemps la carte postale des belles plages d’un archipel qui voient atterrir plus de deux millions de touristes dans l’année a servi de cache-misère mais la crise du tourisme provoquée par l’épidémie du Covid-19 crée de nouvelles menaces. 

Anne-Catherine Husson Traore, @AC_HT, directrice générale de Novethic

Source


Laisser un commentaire