Un strapontin pour le climat dans le débat Macron Le Pen

avril 21, 2022

Publié le 21 avril 2022

Le débat du second tour qui a opposé Emmanuel Macron à Marine Le Pen hier soir a égrené divers thèmes où chacun des candidats a ferraillé pied à pied. Le climat, qui s’est résumé à la question énergétique, a eu droit a à peine 18 minutes d’un débat de trois heures, creusant un peu plus le fossé avec celles et ceux qui appellent à agir avant qu’il ne soit trop tard. 

« Que prévoyez-vous pour adapter la France aux conséquences du changement climatique et avec quel budget ? », « Qu’allez-vous faire pour que la déclinaison française de la PAC soit conforme aux exigences de la Commission européenne ? ». Ces questions, soufflées par la journaliste spécialisée Juliette Nouel, auraient pu introduire un débat sérieux sur l’écologie et répondre ainsi à l’urgence que vient de rappeler le rapport du GIEC. Sans surprise, ni Gilles Bouleau, ni Léa Salamé, les deux animateurs de ce débat du second tour de l’élection présidentielle affrontant Marine Le Pen à Emmanuel Macron, n’ont repris les suggestions de Juliette Nouel.

Au total, à peine 18 minutes des 2 h 45 de débat ont été consacrées à l’écologie. Emmanuel Macron a commencé à dessiner le programme qu’il a déroulé lors de son meeting de Marseille mais il s’est très vite engagé dans un débat avec Marine Le Pen sur les éoliennes (il est pour, elle est contre) et l’énergie nucléaire (ils sont pour tous les deux mais en désaccord sur sa place dans le mix énergétique). Sur ce sujet comme sur tous les autres ils se sont affrontés dans un débat fermé sans qu’il soit vraiment possible de faire émerger un projet où le changement climatique joue un rôle central. Il n’est donc pas étonnant que sur Twitter, les écologistes, ONG et experts expriment leur mécontentement.

« Il aura fallu attendre 1h20 pour entendre parler d’écologie et pendant 20 minutes on a encore parlé de nucléaire et d’énergies renouvelables au lieu de demander aux candidats « comment sortir très clairement des énergies fossiles ». Le niveau du débat n’est pas à la hauteur », a tweeté le compte Bon Pote spécialiste sur le changement climatique. « L’écologie évoquée mais pas un seul mot sur la sobriété et sur l’adaptation au changement climatique… Ce sont pourtant des sujets majeurs pour les années à venir », renchérit l’association Alter Kapitae.

La pression monte pourtant. Le week-end dernier, le mouvement Extinction Rebellion a ainsi bloqué un quartier de Paris pour alerter sur l’urgence d’agir face au changement climatique car « voter ne suffit plus ». Le débat de second tour des Présidentielles montre en tout cas que les candidats comme les journalistes qui les interrogent ont bien du mal à en faire un sujet central des élections !

Anne-Catherine Husson Traore, @AC_HT, directrice générale de Novethic et Marina Fabre Soundron @fabre_marina 

Source


Laisser un commentaire