Lettre d’actualité du 1er avril 2022

avril 1, 2022

Administration

Panorama de la menace informatique 2021
Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), 18 p., 9 mars 2022.
Dans ce panorama de la menace informatique, l’ANSSI revient sur les grandes tendances ayant marqué le paysage cyber sur l’année 2020-2021 et en propose des perspectives d’évolution à court terme. Ces tendances s’inscrivent dans une hausse continue du niveau de menace. Ainsi, 1082 intrusions ont été identifiées dans des systèmes d’information en 2021, pour 786 en 2020. Cette hausse s’explique par l’évolution et l’amélioration constante des capacités des acteurs malveillants dont les principales intentions restent le gain financier, l’espionnage et la déstabilisation.

Consommation

L’escroquerie en ligne et à la téléphonie en France : ampleur du phénomène et profils des victimes
Crédoc, Cahier de recherche n° C354, 31 p., décembre 2021, publié en mars 2022.
Avec le recours croissant aux nouvelles technologies de l’information et de la communication et l’amplification de l’usage d’Internet, la population est confrontée à une nouvelle forme de criminalité : la cybercriminalité, au sein de laquelle figure en bonne place l’escroquerie en ligne et par téléphone. La présente recherche brosse un état des lieux du phénomène à partir des différentes sources disponibles et montre qu’une personne sur deux est exposée à ce type de méfaits, et autour d’un million de personnes perd des deniers chaque année suite à des arnaques en ligne ou par téléphone.

Acheter en ligne éco-responsable en Europe : suivez le guide !
Centre européen des consommateurs France, 42 p., mars 2022.
Ce guide fournit des conseils pour repérer les produits éco-responsables sur Internet, limiter l’impact de leur livraison, éviter les retours de commande, réparer, recycler vos produits et ainsi devenir des e-consommateurs éco-responsables. Un lexique en anglais est également fourni pour faciliter la recherche en ligne de produits durables et écologiques.

Économie

Situation économique des ménages et crise sanitaire : une majorité préservée mais des écarts qui se creusent (pdf – 1,9 Mo)
Groupe Caisse des Dépôts, Les cahiers de recherche, 12 p., mars 2022.
Grace aux dispositifs massifs de soutien, la majorité de la population n’a pas subi d’impact de la crise sanitaire sur sa situation financière. Toutefois, certains publics ont été fragilisés économiquement. Leur situation financière s’est dégradée pendant la période, et leurs perspectives professionnelles assombries. Les jeunes ont été en première ligne des impacts économiques de la crise. A l’autre bout du spectre, les catégories aisées se sont constituées une épargne conséquente, liée à la fois à la baisse des dépenses de loisirs, et aux économies réalisées grâce au télétravail (moins de déplacements, de frais d’habillement).

Choc énergétique : des expositions très différentes entre secteurs
La Banque postale, Le Rebond, 11 p., 30 mars 2022.
Depuis 2 ans, les prix de l’énergie augmentent très fortement et concernent l’ensemble des sources énergétiques. Cette dynamique s’est par ailleurs accentuée avec le conflit en Ukraine.La France ayant un important déficit commercial énergétique, cette hausse des prix pèse sur son économie mais l’exposition et la capacité de résilience des différents secteurs est hétérogène.

Accélérer la transition énergétique en France : s’inspirer des bonnes pratiques de nos voisins européens
Institut français des relations internationales (Ifri), Marc-Antoine Eyl-Mazzega, Carole Mathieu, Etudes de l’Ifri, 48 p., mars 2022.
Cette étude apporte un éclairage sur la façon dont les Pays-Bas, le Royaume-Uni, le Danemark, la Finlande, l’Italie et l’Allemagne abordent certains chantiers de politique énergétique et climatique, afin d’en tirer des enseignements utiles pour le cas français.

L’unilatéralisme européen comme outil de régulation des échanges internationaux : un mal nécessaire dans un système multilatéral en voie d’effondrement
Fondation Robert Schuman, Alan Hervé, Question d’Europe n° 626, 8 p., 28 mars 2022.
La liste est longue des décisions adoptées et en discussion qui marquent la résolution de l’Union européenne à décider seule de la régulation des échanges entre elle et le reste du monde. Ce « néo-unilatéralisme » européen s’appuie certes sur une logique de défense de l’intérêt de l’UE par des instruments de politique commerciale ou de régulation des échanges, mais il traduit aussi des choix politiques qui prévalent, davantage que par le passé, sur les strictes considérations mercantiles. Il se révèle vecteur de promotion de l’autonomie stratégique de l’UE, dans un système multilatéral en voie d’effondrement et un ordre international frappé par les crises.

Une politique pour développer l’économie de l’impact et construire un nouveau capitalisme
Terra nova, Philippe Zaouati, Guillaume Desnoës, 15 p., 3 mars 2022.
Cette note est consacrée à l’économie de l’impact. Elle est constituée d’un volet qui fait le lien entre cette économie et les préoccupations des français, et d’un second volet qui détaille les mesures qu’un ministère de l’économie de l’impact pourrait prendre rapidement pour développer une action publique pérenne dans ce domaine.

Entreprise

L’auto-entreprenariat dynamise les immatriculations de travailleurs indépendants durant la crise sanitaire (avril 2020 à mars 2021)
Urssaf, Stat’UR n° 341, 10 p., mars 2022.
La première année de crise sanitaire liée à la Covid-19 a, contre toute attente, donné lieu à une forte croissance des créations d’entreprises. Ainsi, l’Urssaf a enregistré près de 790 000 immatriculations entre avril 2020 et mars 2021, soit 10,4 % de plus que sur les douze mois précédents. Cette augmentation est portée par les auto-entrepreneurs, qui représentent 84 % des nouveaux immatriculés.

Les entreprises sous-déclarent-elles leur effectif à 49 salariés pour contourner la loi ?
Institut des politiques publiques (IPP), Note IPP n° 82, 8 p., mars 2022.
Les entreprises françaises sont beaucoup plus nombreuses à déclarer un effectif de 49 salariés que de 50 salariés dans leur déclaration fiscale. Ce pic à 49 salariés est régulièrement attribué aux obligations supplémentaires qui se déclenchent au seuil de 50 salariés : les entreprises refuseraient de franchir ce seuil, dit “seuil social”, afin d’éviter par exemple d’avoir à installer un comité d’entreprise (désormais CSE à compétence élargie). Cette  croissance moindre des entreprises limiterait in fine la productivité et l’emploi.

Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19 en février 2022
Dares, 8 p., 30 mars 2022.
En lien avec le repli de l’épidémie de Covid-19 et l’allègement des mesures sanitaires, l’activité s’améliore en février : 23 % des effectifs sont concernés par une baisse de l’activité, contre 27 % le mois précédent. Dans la majorité des cas, l’activité baisse de moins de 20 %. 53 % des employeurs excluent totalement de licencier pour motif économique au cours des prochains mois.

Financing SMEs and Entrepreneurs 2022 = Le financement des PME et des entrepreneurs 2022 (en anglais)
OCDE, 274 p., mars 2022.
La crise du Covid-19 a provoqué de profondes perturbations dans l’économie mondiale, les PME et les entrepreneurs étant particulièrement touchés. Les mesures mises en œuvre par les gouvernements et les institutions financières publiques ont constitué une aide cruciale pour les PME en manque de liquidités. Cette édition 2022 met en lumière les impacts de la crise sur le financement des PME, en suivant les dernières évolutions en matière de dette, de fonds propres, de financement reposant sur des actifs et de conditions-cadres, ainsi que les évolutions politiques récentes pour 48 pays du monde entier.

Finances publiques

À la fin du quatrième trimestre 2021, la dette publique s’établit à 2 813,1 Md€
Insee, Informations Rapides n° 82, 4 p., 29 mars 2022.
À la fin du quatrième trimestre 2021, la dette publique au sens de Maastricht s’établit à 2 813,1 Md€. Le rebond du PIB en 2021, combiné au désendettement de ce trimestre, permet à la dette publique de se réduire à 112,9 % du PIB fin 2021. Pour se désendetter, les administrations publiques puisent dans leur trésorerie, en nette baisse ce trimestre (-24,6 Md€). Au total, la dette nette augmente de 4,0 Md€ pour s’établir à 2 522,5 Md€, soit 101,2 % du PIB.

En 2021, le déficit public s’élève à 6,5 % du PIB, la dette notifiée à 112,9 % du PIB
Insee, Informations Rapides n° 81, 29 mars 2022.
Le déficit public pour 2021 s’établit à 160,9 Md€, soit 6,5 % du produit intérieur brut (PIB), après 8,9 % en 2020 et 3,1 % en 2019. Portées par le rebond économique, les recettes progressent de 101,8 Md€. Ainsi, en proportion du PIB, elles atteignent 52,8 % après 52,5 % en 2020 et 52,3 % en 2019. Le taux de prélèvement obligatoire est quasi stable, à 44,5 %. Les dépenses progressent de 57,1 Md€ et représentent 59,2 % du PIB en 2021, après 61,4 % en 2020 et 55,4 % en 2019. La dette des administrations publiques au sens de Maastricht atteint 112,9 % du PIB à fin 2021.

Industrie-Services

Obligation verte
Banque de France, Ministère de la transition écologique, Mot de l’actu, 2 p., mars 2022.
Cette fiche fournit des informations sur l’essor du marché des obligations vertes, le profil des émetteurs, celui des investisseurs, ainsi que les exigences de reporting (publication d’informations au titre d’une transparence) associées aux obligations vertes, exigences nécessaires pour contrer les tentatives d’écoblanchiment ou de verdissement d’image, en anglais « greenwashing ».

Source


Laisser un commentaire