Et si l’obésité était reconnue comme une maladie chronique ?

novembre 23, 2021

Par le CRAPS

Et si l’obésité était reconnue comme une maladie chronique ?…

L’obésité, c’est 17 % de la population française, soit plus de 8 millions de personnes touchées. Un Français sur deux est en surpoids et un Français sur six est en situation d’obésité. L’obésité est définie comme «  une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui présente un risque pour la santé » selon l’OMS. Il s’agit donc bien d’une maladie, et le nombre de malades ne cesse d’augmenter  : les estimations prévoient que  25 à 29 % des Français pourraient être obèses en 2030… Cette épidémie d’obésité touche les adultes mais aussi les plus jeunes : 1 enfant sur 5 de moins de 17 ans est en surcharge pondérale. On peut parler aujourd’hui de l’obésité comme d’une pandémie mondiale non infectieuse. 

L’OBÉSITÉ AUGMENTE LE RISQUE DE DÉVELOPPER DE NOMBREUSES COMORBIDITÉS, DONT LES FORMES SÉVÈRES D’INFECTION DE LA COVID-19

La hausse de l’IMC est un facteur de risque majeur de développer plusieurs maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, diabète, certains cancers…). En plus des nombreuses comorbidités citées, la Covid-19 allonge désormais la liste des pathologies associées à l’obésité. Sans distinction d’âge, l’obésité, le diabète et l’hypertension artérielle sont les comorbidités les plus fréquentes associées aux formes sévères d’infection par la Covid-19. En avril 2020, cette tranche de population représente 47 % des malades du Covid-19 en réanimation et 41 % des patients décédés. 

La situation sanitaire fut également scrutée en outre-mer, où l’on observe une prévalence de l’obésité plus élevée que dans l’hexagone. Par exemple, en Martinique, à l’été 2021, 74,6 % des personnes atteintes du Covid-19, et admises en réanimation, présentaient un surpoids ou une obésité.

Cette situation de pandémie inédite ainsi que les complications à plus long terme de l’obésité expliquent pourquoi il est si important de prendre en charge efficacement la pathologie, et de réfléchir à l’avenir de nos politiques publiques en matière de santé.

Cette crise sanitaire a agi comme un révélateur de la situation préoccupante de la maladie de l’obésité en France. Qu’attendons-nous pour nous inquiéter de l’obésité ? Face au constat du nombre important de personnes souffrant d’obésité malades du Covid-19 et en réanimation, comment améliorer la prévention de la pathologie dans les prochaines années ? Et, de ce fait, comment pouvons-nous mieux anticiper les prochaines épidémies et protéger ces populations vulnérables ?  

LA NÉCESSITÉ DE PRENDRE EN CHARGE L’OBÉSITÉ COMME MALADIE CHRONIQUE EN FRANCE

Au vu de ce constat, on comprend bien qu’être atteint d’obésité réduit l’espérance de vie. Et, pourtant, l’obésité n’est toujours pas définie comme une maladie chronique en France… alors que l’OMS l’a reconnue comme telle en 1997. Contrairement à la France, d’autres pays européens comme le Portugal en 2004 et l’Italie en 2019 ont élevé l’obésité au rang de maladie.

Tant que l’obésité ne sera pas légitimement considérée dans le paysage sanitaire français, les soins et la prévention risquent d’être difficilement adaptés à l’ampleur des conséquences, et des complications, pour les millions de personnes souffrant d’obésité en France. Une prévention efficace de l’obésité pourrait tout d’abord améliorer la qualité de vie, l’épanouissement et le bien-être des patients, mais aussi réduire drastiquement les coûts financiers liés à cette maladie. En effet, l’obésité représente un coût pour la société, avec les 20,4 milliards d’euros dépensés annuellement pour l’État, selon la Cour des comptes (2012). Mais on ne peut oublier que le coût est aussi sociétal et humain. Pour les malades, cela peut être un quotidien de culpabilité et de perte de confiance en soi, liées aux pratiques d’exclusion, discriminatoires et stigmatisantes, aussi bien dans le milieu professionnel, social que médical. 

Ainsi, la prise en charge globale de l’obésité en tant que maladie chronique semble importante  : elle permettrait d’inclure la prévention primaire et secondaire, la formation des médecins et paramédicaux, le parcours de soins et l’établissement d’une prise en charge d’une stratégie thérapeutique etc.

UN PARCOURS DE SOIN DE L’OBÉSITÉ QUI RESTE AUJOURD’HUI ENCORE COMPLEXE 

L’obésité est une maladie difficile à prendre en charge, à cause de la multiplicité de ses causes, et sa prévention doit être variée et personnalisée. La prévention primaire, à savoir agir sur les facteurs de risques avant l’apparition de la maladie, reste la meilleure des options, c’est-à-dire prévenir un surpoids, afin de prévenir une obésité. L’éducation nutritionnelle et la promotion de l’activité physique sont aussi des facteurs clés pour lutter contre l’obésité. De plus, les pouvoirs publics devraient concevoir la prévention comme un accompagnement humain et médicalisé, permettant d’offrir de bons résultats aux patients. On peut penser à la médecine individuelle et prédictive qui est déployée dans certains pays. Une prédisposition génétique à la prise de poids peut rendre compte des différences de susceptibilité individuelle à l’obésité. Une personne a 2 à 8 fois plus de risques de souffrir d’obésité si des membres de sa famille le sont eux-mêmes. Par ailleurs, plusieurs équipes françaises de l’Inserm et du CNRS, ont identifié de nombreux gènes impliqués dans la prise de poids, et l’obésité sévère.

Une sensibilisation des familles, dans leur projet d’enfant, pourrait également être déployée, qui serait ensuite poursuivie par une prévention de l’obésité tout au long de la vie, et pour tout le monde. Les enfants sont particulièrement ciblés, l’obésité infantile pouvant être un facteur prédictif de l’obésité adulte. Une proposition pourrait être de mettre en place des campagnes de prévention scolaires et périscolaires pour leur apporter des connaissances sur l’obésité, mais également des notions de vivre ensemble portant sur la discrimination et la bienveillance à l’égard de toutes les corpulences.

L’OBÉSITÉ DOIT DEVENIR L’UN DES ENJEUX PRIORITAIRES DE NOS FUTURES POLITIQUES PUBLIQUES

Enfin, la prise en charge globale de l’obésité repose sur différents acteurs pour agir directement ou indirectement sur les facteurs de risques et l’offre de soins. C’est donc un travail collaboratif qui doit être institué entre les décideurs politiques, les industriels alimentaires,  les services de restauration collective, les urbanistes, les professionnels de santé, les entreprises du médicament, les médias, les complémentaires santé et bien d’autres acteurs. La prise en charge du surpoids et de l’obésité est un combat collectif, qui doit progresser pour améliorer la prise en charge en France et dans le monde.

L’obésité est une maladie complexe qui doit être prévenue et soignée  : c’est un investissement important pour la vie des patients, et pour la soutenabilité de notre système de santé. Cela doit être un des enjeux prioritaires de santé publique à l’agenda des prochaines élections présidentielles et pour les prochaines décennies.

[embedded content]

Source


Laisser un commentaire